Comment passer une journée à la fois productive et agréable ?

 

13129044_10209614287734411_845143295_o

Concilier plaisirs et devoirs au quotidien peut sembler être un combat dont on sort perdant mais parfois il suffit de peu pour trouver un bon équilibre. Voici quelques conseils pour y parvenir:
  • Se tendre une carrotte

Se lever peut-être dur quand on sait tout ce qui nous attend comme choses à faire alors pourquoi ne pas plutôt penser à ce qui nous donne envie ? Que ce soit un petit-déjeuner bien complet à base de votre pêché mignon ou une sortie prévue plus tard dans la journée, avoir une raison autre qu’une obligation pour affronter la journée aide à se sortir du lit.

  • Se mettre les idées au clair

Garder en tête toutes les tâches qu’on doit faire peut nous amener à se sentir surchargé et perdue alors mieux vaut les mettre sur papier en fonction de leur priorité pour avoir un ordre à suivre. Non seulement cela permet de barrer au fur et à mesure ce qui est accompli mais c’est aussi motivant que d’avoir un œil sur la progression en voyant de manière concrète ce qui a été éliminé de la to-do-list.

  • Se déconnecter

Alors je sais qu’on en a pas forcément la volonté mais se l’imposer peut se révèler libérateur. Si la plupart du temps on ne se sent pas bien dès que la batterie nous lâche, c’est bien parce que l’on a plus l’habitude de se retrouver seul avec soi-même et de se concentrer. Le téléphone, les réseaux sociaux et tout ce qu’on se prétend d’avoir à faire sur internet ne sont que des excuses pour ne pas affronter nos tâches.

  • S’attacher au positif

Râler serait une manière d’extérioriser la pression, un soulagement, qui en fait ne fait que l’amplifier. Pourquoi se plaindre du temps, du bruit, de l’attente alors qu’on pourrait relever au contraire la fraîcheur qu’apporte la pluie ou la chaleur annoncée par la météo pour dans quelques jours ? L’état d’esprit est maître de ce qui nous arrive et bien qu’il faille parfois se forcer à voir le soleil alors il n’y en a pas, on finit par créer ce que l’on croit!

  • S’accorder des pauses

Quand un moment de fatigue survient, le stress augmente car on a tendance à avancer beaucoup plus lentement. C’est l’occasion de se permettre un break au lieu de perdre son temps à ramer. Les siestes de 20 minutes sont recommandées car elles requinquent mais si vous n’avez pas de quoi vous reposer à proximité, vous pouvez regarder un épisode de la série que vous suivez, faire un peu de shopping virtuel ou papoter avec une copine autour d’un café et après ça votre énergie devrait être de retour.

  • Se récompenser après l’effort et pas avant

On a tendance à choisir la facilité en premier mais elle s’apprécie beaucoup moins si elle n’est pas accompagnée de contraintes. Prenez un exemple, si on se décide de boire un coup ou de regarder un film avant d’avoir fait de la paperasse ou du ménage, on aura épuisé nos ressources de motivation. Si on choisit de remplir ses tâches en premier, non seulement on se sent libre après ça mais surtout on a le sentiment de mériter notre moment de détente !

Ces recommendations sont subjectives et très générales mais si vos journées ne vous semblent pas satisfaisantes, peut-être que c’est l’occasion de réfléchir à vos propres stratégies pour trouver une harmonie entre travail et temps libre, obligations à tenir et détente voulue. Faire le bilan à la fin d’une journée peut être vraiment bénéfique et permettre de rendre le lendemain encore meilleur !

 

Bisous 🙂

Publicités

Comment organiser un vide-dressing qui rapporte ?

J’ai été très absente sur mon blog, pas par manque d’idées mais de temps : entre travail, études et vide-dressing (qui est d’ailleurs le sujet à l’honneur aujourd’hui) je n’ai pas pu écrire.

J’ai organisé mon second vide-dressing il y a une semaine, il devait durer un jour mais ça marchait tellement bien qu’on l’a continué sur 4 jours. Je vais donc vous livrer quelques petits conseils pour organiser un vide-dressing rentable : ce qu’on veut c’est se débarrasser mais aussi gagner de l’argent parce que c’est du travail et du temps que de l’organiser !

definir l’evenement

vide1

La première étape n’est pas la plus simple : il faut définir le lieu, la date, les participants.. Se décider est plus complexe que de passer à l’acte : on peut ne pas s’avoir comment s’y prendre, ne pas avoir le courage de mettre tout en place ou avoir peur que ça ne marche pas.

1.LES PARTICIPANTS

On peut avoir un tout petit appartement ou trop d’affaires à vendre et vouloir faire un vide-dressing tout seul mais le faire avec une copine est vraiment une meilleure idée. Déjà, vous pourrez prendre les décisions ensemble (deux cerveaux valent mieux qu’un) mais pourrez aussi convaincre deux fois plus de monde de se déplacer pour venir chiner un plus large choix de vêtements et de tailles !

2. LE LIEU

Un vide-dressing ça peut se faire en appartement mais ce n’est pas l’option la plus pratique car avoir pleins de personnes qui déboulent chez soi peut vite amener le bordel & puis surtout ça demande un plus grand travail de préparation. En plus, il suffit que votre appart soit à l’extérieur du centre pour que les invités se découragent vite à venir. Il y a plusieurs alternatives : un jardin (checkez bien la météo !), un garage (c’est l’option que j’ai choisi car c’est un endroit spacieux, neutre et au rez-de-chaussé) ou bien-même un café (pas une chaîne). Etre cliente au moins occasionnelle du lieu rend la demande plus facile mais dans tous les cas vous ne perdez rien à demander car c’est tout bénéf pour le café car en amenant le passage de monde, ce sont des consommations potentielles.

3. LA DATE

Il faut définir la date du vide-dressing au moins une semaine à l’avance pour avoir le temps en parallèle de faire circuler l’information et de permettre aux invités de booker un moment. Trop à l’avance on oublie et à la dernière minute on est pas dispo. Le mieux c’est de choisir un jour du week-end, férié ou des vacances et des horaires larges pour permettre aux gens qui travaillent de venir et aux autres de faire la grasse matinée. 9h30-19h30 (si vous êtes motivé) c’est parfait. Pendant les vacances ou un jour férié, c’est l’opportunité

4. LA MISE EN PLACE

Un portant, une petite table, des boîtes de rangement et des ceintres en grande quantité suffisent pour mettre les vêtements en valeur. Le mieux pour donner envie aux passants de fouiner c’est de les disposer par catégorie: un coin robes, un autre pour les pulls, les pantalons et les tops. Je conseille de mettre les meilleures pièces en avant, de faire un bac réunissant les affaires en mauvais état que vous pourrez vendre pour des centimes ou donner pour les couturières qui s’essayent, et surtout de repasser les vêtements qui en ont besoin. La présentation compte et si les vêtements donnent l’impression d’avoir dormi dans le placard avec les mites pendant des années, ils donneront moins envie. Le top, si vous le pouvez, est d’aménager un petit endroit en une cabine d’essayage: un paravent et un miroir et le tour est joué. Vous pouvez mettre un peu de musique, offrir un café ou de l’eau et papoter un peu avec les gens qui passent car c’est aussi l’occasion de sociabiliser.

 

promouvoir l’événement

vide2

1.FACEBOOK

C’est sur Facebook que tout se passe, le grand nombre de groupes de ventes dans chaque ville permettent de faire circuler l’information rapidement. Quelques photos pour donner une idée de ce qu’on pourra y trouver ça peut être accrocheur mais surtout il faut insister sur les petits prix, le large choix et l’ambiance qui sera présente au vide-dressing. Le mieux c’est de créer un événement public sans donner l’adresse exacte mais plutôt de laisser son numéro pour pouvoir avoir un premier contact avec les personnes qui souhaitent passer et leur indiquer le chemin. On sait jamais qui sont les gens qui prévoient de passer mais mieux vaut ne pas avoir une confiance aveugle.

2. LES SITES RECENSANT LES VIDE-GRENIERS ET VIDE-DRESSING

Vous pouvez très facilement inscrire le vide-dressing sur un site spécialisé dans le domaine qui vise un public passionné par les bons plans. C’est aussi une mine d’or pour vous si vous souhaitez participer à des vide-dressing ou grenier qui sont entièrement organisés par d’autres personnes en échange d’une petite somme.

3. OVS

Ovs c’est le site par excellence pour participer à des activités par chez soi. Il ne prend en charge que certaines grandes villes comme Paris, Lille, Lyon ou Montpellier et est généralement fréquenté par des personnes dans la trentaine mais justement, c’est l’occasion d’avoir des participants de tout age et de tout style qui viendront rechercher des bonnes occasions pas seulement pour eux mais peut être aussi pour leurs enfants. N’oubliez donc pas de sortir vos jouets, quelques bouquins, bijoux, vernis et maquillage.

4. DES ANNONCES DANS LE QUARTIER

Vous pouvez mettre quelques affiches chez le Boulanger ou au tabac d’à côté s’ils vous le permettent. Tout le monde n’est pas connecté sur les réseaux sociaux !

Si jamais vous entreprenez de faire un vide-dressing, faites moi passer l’invitation ou le succès qu’il aura eu. Un dernier petit conseil, s’il vous reste des choses que personne ne souhaite acheter, vous pouvez les offrir aux bons acheteurs comme un petit cadeau de la maison. Faites des efforts sur les prix mais ne bradez pas trop les pièces de valeur que vous pouvez toujours revendre sur des sites comme vinted ou vestiaire collective !

Voyage… Complètement Voyage

Avec ce titre on pourrait croire que je suis partie à l’autre bout du monde dans un pays exotique, je t’arrête de suite, je suis même pas sortie du département de l’Hérault. Je te dirai même pas le nom de ma destination, tu vas être obligée de la googler pour le croire. PUISSERGUIER ! Je m’y serais pas aventurée sans raison. J’aurais pu y aller à reculons mais le trajet valait vraiment le déplacement. Et c’est de ça que j’ai envie de parler. Je trouve qu’il n’y a rien de mieux dans le voyage que le trajet lui-même. L’aventure est dans le trajet. Je sais que pourtant la plupart n’aime pas ça, l’organisation, et le stress qui y est lié. Ne rien oublier, l’attente, le bus, les bagages qu’on ne peut pas lâcher, l’angoisse de rater son train. D’ailleurs tous ces stress là me loupent pas : partir et arriver sans problème ça relève du défi.

Le trajet, source de rencontres et de solidarité

Tu trouves pas qu'on dirait qu'on se connait depuis toujours? :)

Tu trouves pas qu’on dirait qu’on se connait depuis toujours? 🙂

Quand je voyage, que ce soit pour prendre le tramway, le train ou tout autre moyen de transport, je ne peux pas m’empêcher de parler à des inconnus. Un trajet qui fait partie de la routine peut rendre une journée différente. C’est l’opportunité d’échanger avec des gens qu’on ne recroisera peut être pas, ou que l’on croise tous les jours. C’est un moment où le personnage ne prend pas de risque à laisser sa spontanéité s’exprimer. C’est aussi un moment où les gens sans se connaître, s’entraident. Un « quelle heure il-est svp ? » ou un « c’est bien ce train qui va à Béziers ? » suffit à créer le contact. Ca n’engage à rien et ça égaye une journée. En partant samedi, parée de stress, soucieuse de monter dans le mauvais train,  je me renseigne auprès de deux filles. J’emprunte du feu et curieuse comme je suis, je ne peux pas m’empêcher de demander où elles vont et pourquoi. (si toi aussi tu es trop curieux/se, elles allaient à Narbonne parce qu’elles avaient gagné deux entrées pour l’Axeboat tous frais payés sur Fun Radio (la seule chose que j’ai gagné à un concours moi c’est un livre de Madonna pour les enfants lol). C’est parti du quai et on a fini par faire le trajet ensemble et s’échanger les numéros. Sur le retour c’est pareil, je me renseigne, je rencontre une mamie, une fille de 16ans et demi qui a raté sa correspondance et on se décarcasse tous à l’arrêt de bus pour lui trouver une solution. On fait le trajet, elle me parle comme à une copine, sûrement parce que face à quelqu’un d’inconnu on se désinhibe plus facilement. Changement de bus, une britannique du sud qui ne sait pas très bien où elle est ni où elle va, avec qui je vais faire pratique intense de l’anglais pendant 45min, s’assoit à côté de moi.

Le trajet, un moment de solitude bienvenu

11774647_10207407143557186_1233787203_nLe trajet c’est aussi l’occasion de se retrouver seul(e) un petit moment, sans que ce soit dérangeant. Un portable chargé, des écouteurs (THE truc à ne pas oublier) et c’est parti pour une playlist qui fait voyager elle aussi. (si tu veux te mettre dans mon ambiance écoutes ça : Ain’t nobody ou Our Own House.) De la musique, des réflexions, des projets qui se forment en regardant le paysage. C’est un moment où je me dis que je ferai pleins de choses, une fois rentrée j’en ferai peut être que la moitié, mais l’essentiel c’est d’avoir envie et c’est exactement l’effet que me procure le voyage. C’est aussi un moment rétrospectif, sur le temps, sur un décor que l’on a connu. Le trajet est un moment où on peut ne rien faire (du moins en paraître, dans la tête ça travaille) sans culpabiliser de perdre son temps.

Parfois on pense que les contraintes telles que les déplacements, les rendez-vous, les salles d’attente sont voués à être des moments de vie rébarbatifs. C’est seulement parce qu’on les a classé ennuyeux. J’adore les rendez-vous administratifs, les appels téléphoniques pour demander des renseignements, attendre le prochain tramway, parce que je sais que ces moments sont à l’origine de contacts humain. Ce sont ces instants de contraintes entre deux moments de plaisir qui réservent parfois le plus de surprises. Que sera-t-on le jour où les transports en commun auront disparu, tout sera régulé par des automates, fait à distance sur internet ? Aimons ces moments qui semblent être des contraintes, en réalité ce sont des moments de vie qui peuvent devenir loisirs.

Des bisous

paysage