Voyage… Complètement Voyage

Avec ce titre on pourrait croire que je suis partie à l’autre bout du monde dans un pays exotique, je t’arrête de suite, je suis même pas sortie du département de l’Hérault. Je te dirai même pas le nom de ma destination, tu vas être obligée de la googler pour le croire. PUISSERGUIER ! Je m’y serais pas aventurée sans raison. J’aurais pu y aller à reculons mais le trajet valait vraiment le déplacement. Et c’est de ça que j’ai envie de parler. Je trouve qu’il n’y a rien de mieux dans le voyage que le trajet lui-même. L’aventure est dans le trajet. Je sais que pourtant la plupart n’aime pas ça, l’organisation, et le stress qui y est lié. Ne rien oublier, l’attente, le bus, les bagages qu’on ne peut pas lâcher, l’angoisse de rater son train. D’ailleurs tous ces stress là me loupent pas : partir et arriver sans problème ça relève du défi.

Le trajet, source de rencontres et de solidarité

Tu trouves pas qu'on dirait qu'on se connait depuis toujours? :)

Tu trouves pas qu’on dirait qu’on se connait depuis toujours? 🙂

Quand je voyage, que ce soit pour prendre le tramway, le train ou tout autre moyen de transport, je ne peux pas m’empêcher de parler à des inconnus. Un trajet qui fait partie de la routine peut rendre une journée différente. C’est l’opportunité d’échanger avec des gens qu’on ne recroisera peut être pas, ou que l’on croise tous les jours. C’est un moment où le personnage ne prend pas de risque à laisser sa spontanéité s’exprimer. C’est aussi un moment où les gens sans se connaître, s’entraident. Un « quelle heure il-est svp ? » ou un « c’est bien ce train qui va à Béziers ? » suffit à créer le contact. Ca n’engage à rien et ça égaye une journée. En partant samedi, parée de stress, soucieuse de monter dans le mauvais train,  je me renseigne auprès de deux filles. J’emprunte du feu et curieuse comme je suis, je ne peux pas m’empêcher de demander où elles vont et pourquoi. (si toi aussi tu es trop curieux/se, elles allaient à Narbonne parce qu’elles avaient gagné deux entrées pour l’Axeboat tous frais payés sur Fun Radio (la seule chose que j’ai gagné à un concours moi c’est un livre de Madonna pour les enfants lol). C’est parti du quai et on a fini par faire le trajet ensemble et s’échanger les numéros. Sur le retour c’est pareil, je me renseigne, je rencontre une mamie, une fille de 16ans et demi qui a raté sa correspondance et on se décarcasse tous à l’arrêt de bus pour lui trouver une solution. On fait le trajet, elle me parle comme à une copine, sûrement parce que face à quelqu’un d’inconnu on se désinhibe plus facilement. Changement de bus, une britannique du sud qui ne sait pas très bien où elle est ni où elle va, avec qui je vais faire pratique intense de l’anglais pendant 45min, s’assoit à côté de moi.

Le trajet, un moment de solitude bienvenu

11774647_10207407143557186_1233787203_nLe trajet c’est aussi l’occasion de se retrouver seul(e) un petit moment, sans que ce soit dérangeant. Un portable chargé, des écouteurs (THE truc à ne pas oublier) et c’est parti pour une playlist qui fait voyager elle aussi. (si tu veux te mettre dans mon ambiance écoutes ça : Ain’t nobody ou Our Own House.) De la musique, des réflexions, des projets qui se forment en regardant le paysage. C’est un moment où je me dis que je ferai pleins de choses, une fois rentrée j’en ferai peut être que la moitié, mais l’essentiel c’est d’avoir envie et c’est exactement l’effet que me procure le voyage. C’est aussi un moment rétrospectif, sur le temps, sur un décor que l’on a connu. Le trajet est un moment où on peut ne rien faire (du moins en paraître, dans la tête ça travaille) sans culpabiliser de perdre son temps.

Parfois on pense que les contraintes telles que les déplacements, les rendez-vous, les salles d’attente sont voués à être des moments de vie rébarbatifs. C’est seulement parce qu’on les a classé ennuyeux. J’adore les rendez-vous administratifs, les appels téléphoniques pour demander des renseignements, attendre le prochain tramway, parce que je sais que ces moments sont à l’origine de contacts humain. Ce sont ces instants de contraintes entre deux moments de plaisir qui réservent parfois le plus de surprises. Que sera-t-on le jour où les transports en commun auront disparu, tout sera régulé par des automates, fait à distance sur internet ? Aimons ces moments qui semblent être des contraintes, en réalité ce sont des moments de vie qui peuvent devenir loisirs.

Des bisous

paysage

Publicités

On Rose’s street

Je me présente, je m’appelle Henry. Non je plaaaaisante ! Moi c’est Rose 🙂

Je suis née à Montpellier et après y avoir passé 20 ans, je vais quitter ma ville pour Londres. Je crois que si je me lance sur WordPress c’est par envie d’écrire mais surtout de me souvenir. C’est aussi pour le côté pratique : ça m’évitera d’accumuler trop de carnets, de petits papiers (de détruire l’Amazonie entre autre) et je m’y retrouverai mieux. Ce qui me pousse aussi à commencer c’est l’idée de pouvoir partager mes avis, mes envies, mes bons plans, mes bons moments et tout ce qui me passe par l’esprit.

Je vais pas m’éterniser sur moi parce que c’est pas le but mais je vous fais une petite fiche de présentation pour me résumer. (très bon casse-tête, j’apprend à me connaître un peu plus!)

img_0153

  • Prénom : Rose
  • Age : 20 ans
  • Taille : 1m76
  • Etudes : Langues Etrangères Appliquées (Anglais-Italien-Chinois (ni hao et puis c’est tout ce que je saurais te dire)
  • Ce que je préfère : faire des listes et rayer une fois que c’est fait parce que c’est trop satisfaisant (comme ça tu vois), les repas en famille plutôt que les soirées, la pluie plutôt que le soleil, la salade au chèvre-chaud, les vide-dressing (m’y rendre pour de bonnes affaires ou les organiser), les soins pour le visage, les séries et les films en VO(ST), le coca, les négociations, les sacs plus que les chaussures (je fais du 42 et les magasins de chaussure ont décidé que les pieds des femmes ne faisaient pas plus que du 41 donc je compense avec les sacs), les infusions à la verveine, apprendre, Dormir (avec un grand D <3) , le shopping sur internet plutôt qu’en magasin, le décollage et l’atterrissage plutôt que le trajet en lui même, recevoir du courrier, faire du tri, bronzer et les personnes âgées.
  • Ce que je n’aime pas : l’agressivité (un sourire c’est gratuit et tellement contagieux!), attendre trop longtemps, l’hypocrisie plutôt que la sincérité, cuisiner (mais j’adore manger par contre), zapper la TV ou regarder la TV tout court (je préfère avoir le choix avec le streaming ou le replay), les betteraves et le boudin, les t-shirt sans manches ou trop courts, faire du sport (je sais je devrais :/ ), les fautes d’orthographe parce que ça me donne envie de les corriger (mais je ne le fais pas, je crois qu’on en a tous marre des battle sur Facebook du style « achèt toi un bescherelle » -l’erreur est voulue-), être en retard (ce qui m’arrive en fait très régulièrement), les fainéants pour ne pas dire branleur même si on l’est tous un peu et puis c’est tout. Je crois. Tant mieux ? 🙂

img_0143